Comment fonctionne le rachat de crédit ?

Le rachat de crédit constitue une solution possible pour un emprunteur exposé à un surendettement. En outre, l’opération financière peut également présenter plusieurs autres avantages. Voyons de plus près dans ce qui suit le fonctionnement de ce mécanisme.

Qu’est-ce que le rachat de crédit ?

Le mécanisme de rachat de crédit, que l’on appelle également regroupement de crédits, est une solution permettant à l’emprunteur de fusionner plusieurs crédits qu’il a contractés auprès de plusieurs organismes. Le but est d’obtenir à la suite de l’opération un seul crédit à taux unique afin de bénéficier de mensualités moindres.

Fonctionnement du rachat de crédit : la demande de rachat

D’un point de vue global, rachat de crédit signifie nouveau crédit qui va regrouper plusieurs emprunts. L’emprunteur qui souhaite y procéder doit le préparer comme en préparant un crédit classique. Il va donc devoir présenter un dossier de demande de rachat de crédit.

La demande de rachat de crédit se fait auprès d’une banque concurrente qui va donc devenir le nouveau prêteur. En fonction de la situation financière, professionnelle et immobilière de l’emprunteur, l’organisme prêteur va proposer plusieurs offres et conditions de rachat.

La durée de remboursement pourrait être soit allongée soit raccourcie selon le cas. Il n‘est cependant pas nécessaire de présenter un dossier de surendettement à la Banque de France avant de pouvoir demander le rachat.

Les catégories de rachat de crédit

Il faut savoir que le regroupement de crédits se divise en deux grandes catégories : le rachat de crédit à la consommation et le rachat de crédit immobilier.

Dans le premier cas de figure, les crédits à la consommation sont les seuls à être concernés. Sont concernés : prêt personnel, crédit affecté, crédit renouvelable, etc.

En ce qui concerne le second, il doit au moins y avoir un type de prêt consommation et un prêt immobilier.

À qui s’adresse le rachat de crédit ?

L’opération de rachat de crédit s’adresse à toutes personnes qui souhaitent faire diminuer le montant global de leurs remboursements de prêts. Le but est généralement de bénéficier davantage d’indépendance financière. En d’autres termes, cela permet donc d’équilibrer le budget.

Les avantages du rachat de crédit

Le regroupement de crédit favorise une simplification de la situation de l’emprunteur. Celui-ci ne sera plus contraint à surveiller constamment son compte en banque étant donné qu’une seule mensualité subsiste. En d’autres termes, l’emprunteur ne paiera plus qu’un seul crédit auprès d’un seul organisme.

Le rachat de crédits permet également de pallier au risque de surendettement en baissant le taux d’endettement.

Le taux du crédit dans le cadre du rachat

À partir du moment où l’ensemble des crédits en cours sont fusionnés, un taux d’intérêt unique défini pendant la rédaction de l’offre de prêt s’appliquera. Les emprunteurs bénéficieront de ce fait d’un véritable allègement des frais mensuels. Il est même des cas où le rachat de crédit permet de diminuer le taux des crédits qui ont été empruntés à un taux élevé. Ce sont notamment les cas des crédits dits renouvelables, lesquels ont de fortes chances d’être remplacés par un prêt personnel.

Par ailleurs, faire racheter les crédits permet de diminuer le coût de l’assurance, car il n’est plus nécessaire de multiplier les assurances emprunt. À savoir que dans une situation normale, il est important de souscrire à une assurance pour chaque crédit contracté. Le rachat de crédit permet ainsi de diminuer ce coût.

Rachat de crédit : petit exemple

Pour vous permettre de bien comprendre le mécanisme du rachat de crédit. Voici un exemple simple.

Supposons un couple, M. et Mme Martin, dont les crédits contractés se répartissent comme suit :

  • un crédit à la consommation à hauteur de 150 €/ sur 2 ans,
  • n crédit auto de 300 €/mois sur 5 ans et un prêt immobilier de 800 €/mois sur 15 ans.

Au total, leur mensualité s’élève à 1 250 €. Pour un revenu de 2 500 € pour le couple, la situation financière permet difficilement d’assumer cette mensualité.

M. et Mme Martin décident donc de procéder aux rachats de crédit afin d’allonger la durée du crédit et en réduire la mensualité. Le courtier en rachat de crédit propose une offre dont la mensualité s’élève à 830 € et avec une nouvelle durée de 18 ans.

La nouvelle situation démontre une diminution de la mensualité à hauteur de 33.6 %. Alors que jusqu’ici, il restait au couple 1250 € pour vivre, après le rachat de crédit, il bénéficie maintenant de 420 € de plus chaque mois.

Le taux d’endettement du couple est passé de 50 % à 33.2 % à la suite du rachat de crédit.

Les pièges à éviter

Malgré le grand intérêt que le rachat de crédit peut avoir, certains pièges sont pourtant à éviter. Cela concerne généralement la durée du remboursement, les frais bancaires et les taux d’emprunt.

Une durée de remboursement trop longue

Plus la durée de remboursement du prêt est longue, plus les mensualités à payer seront réduites. Cette solution est souvent proposée par les établissements bancaires. Cependant, il faut garder en tête qu’une durée trop longue peut quelque part être un piège, car cela fait augmenter le coût total du crédit.

En effet, les mensualités supplémentaires dont on peut bénéficier vont générer de nouveaux intérêts. En fonction de la somme d’argent en jeu, il faut être attentif à ce détail, car la situation est susceptible de se traduire par plusieurs centaines ou milliers d’euros à rembourser.

Les frais bancaires liés au rachat

Une personne considérablement exposée au surendettement risque de ne pas prêter attention aux divers frais liés au rachat. Pourtant ceux-ci peuvent considérablement alourdir le coût de l’opération.

Dans le cadre du rachat de crédit, l’emprunteur doit en effet se préparer à payer les frais de dossier appliqués par la nouvelle banque, et les éventuelles pénalités de remboursement anticipé imposées par l’ancienne banque. Celles-ci peuvent représenter :

  • jusqu’à 1 % du montant total restant à payer pour un crédit conso,
  • jusqu’à 3 % pour un prêt immobilier.

Prêter attention à l’assurance et au taux d’emprunt

Souvent, la nouvelle banque joint à l’offre de contrat une proposition d’assurance pour couvrir le rachat. L’emprunteur n’est pas obligé d’accepter cette assurance. Il peut encore procéder à une comparaison des taux dans d’autres établissements de crédit. En effet, le prêteur ne peut pas faire une opposition à ce qu’il délègue son assurance.

’agissant du taux d’emprunt, il faut savoir qu’il doit exister un différentiel de 1 % au minimum entre le taux de rachat et le taux moyen des anciens crédits pour que le rachat soit pleinement profitable à l’emprunteur.

Laisser un commentaire